Reach Out

Aujourd’hui nous rendons visite à une une « mama » qui a deux enfants, dont Jane scolarisée par SidEcole. A la mort de son mari, il y a deux ans, cette femme n’a plus pu payer le loyer de son habitation dans le bidonville de Banda. Elle a alors vécu dans la rue avec ses enfants; c’est là qu’elle a été recueillie et relogée dans un autre bidonville.

La politique actuelle du gouvernement est de vendre les immenses surfaces occupées par les taudis à de riches investisseurs arabes, indiens ou soudanais pour y construire des lotissements de luxe.  La maman de Jane a donc, comme les autres habitants, été expulsée. Pour payer leur transport, tous ont vendu portes et fenêtres. N’ayant aucun endroit où aller,  ils sont revenus « chez eux », en attendant leur expulsion définitive.

Demain nous rentrons, avec un arrêt obligatoire à Dubaï … La vie est faite de contradictions parfois insoutenables.

Publicités

St Moses, Jinja

 

Les élèves de l’école de St Moses semblent très studieux; le « mzungu » qui regarde par la fenêtre fait rire les petits. Les plus grands préparent les examens finaux et planchent sur des révisions de maths: il ne reste qu’une semaine avant les deux jours décisifs.

 

Kaliro

Nous quittons la Transafricaine et prenons une route campagne où il y a plus de trous que de bitume. Après la localité de Kaliro, la route est en terre battue, les bas-côtés effondrés, puis elle se rétrécit et devient un petit chemin de boue séchée à travers les cannes à sucre, le maïs, le coton, voire quelques tiges de riz dans les marais. Impossible de croiser même un vélo !

C’est tout au bout que nous trouvons les trois écoles : Mpambwa, deux classes en dur, six classes sous des toits de palmes en lambeaux, les tout-petits sous un arbre. 390 élèves étudient ici.

Beaucoup plus loin nous arrivons à St Kizito. Là il y a deux salles dans un bâtiment; les maîtres enseignent par rotation de classes à 334 élèves. Ceux qui attendent dehors vont voler des mangues et du maïs dans les environs, car ils n’ont rien à manger …

Direct Orphans Infant School avec ses 594 élèves nous réserve une belle surprise : des bâtiments en dur pour tous, des repas consistants assurés et même un petit orphelinat pour 37 enfants. Le directeur fait des merveilles grâce à la solidarité de la communauté.

Ouganda, Kampala

La « dernière frontière » s’arrête pour nous aujourd’hui dans le bidonville de Kamyoka, à l’école Have Mercy.

Les visages souriants des 220 enfants nous accueillent: « Welcome, welcome. our visitors « . Ce qui nous frappe, après ces 13 années d’action de SidEcole, c’est la meilleure santé des enfants. Ils sont joyeux, actifs, plus de trace de malnutrition.

 

 

Nous apportons une nouvelle fantastique; grâce à une fondation genevoise, l’école va être reconstruite. Les maîtres applaudissent, soulagés d’abandonner les baraques de planches et de tôles et de ne plus devoir évacuer les lieux lorsque le terrain est inondé – régulièrement – et que la boue envahit les classes.